En tete hommage 1

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ...

Une pensée pour tous ces animaux qui meurent brûlés vif  dans ces incendies.

Feu de foret

TOUS LES PAYS SONT TOUCHES PAR LES INCENDIES DE FORET : " LES ANIMAUX GRANDES VICTIMES DES FLAMMES." 

Des oisillons et oiseaux chassés de leurs nids par le feu, épuisés par un vol en zone enfumée, et tombés blessés ou morts dans les jardins et les piscines. Des marcassins, chevreuils ou renardeaux percutés sur la route alors qu’ils sortaient du bois et fuyaient les flammes qui détruisaient leur habitat.

Des cadavres d’animaux abandonnés sur la chaussée, cette fois c’est pour la faune que l'on s’inquiète. « C’est un massacre », constaté sur les petites routes empruntées du Sud . C’est un cri du cœur et d’alarme pour appeler à la prudence sur les routes. On y a croisé divers cadavres d’animaux abandonnés sur la chaussée après une collision. Les animaux ont évidemment un instinct de survie qui les a fait fuir le danger des flammes. Leur gîte et leur garde-manger en cendres, ils sont partis un peu plus loin. Parfois désorientés ou affolés et sans regarder derrière eux ni autour. « C’est aux automobilistes d’être attentifs en cas de traversée et de rouler moins vite », car il y a un grand danger pour vous et eux ! Voir le reportage de France Info

TROIS MILLIARD D'ANIMAUX TUES OU DEPLACES PAR LES FEUX DE FORET EN AUSTRALIE  DE 2019-2020

Près de trois milliards d'animaux ont été tués ou déplacés par les feux de forêt qui ont ravagé l'Australie en 2019 et 2020, à en croire une étude rendue publique mardi qui parle d'une des pires catastrophes de l'histoire moderne pour la faune.

Cette vaste étude menée par plusieurs universités australiennes avance que 143 millions de mammifères ont été touchés par cette crise, de même que 2,46 milliards de reptiles, 180 millions d'oiseaux et 51 millions de grenouilles.

Elle ne chiffre pas le nombre d'animaux tués, mais les perspectives pour ceux qui ont échappé aux flammes ne sont probablement pas terribles en raison d'un manque de nourriture, d'abri et de protection face à leurs prédateurs.

Ces feux, qui reviennent chaque année à la fin de l'hiver austral, mais qui ont été particulièrement virulents pendant plusieurs mois en 2019-2020, ont détruit 115 000 kilomètres carrés de terres, une zone trois fois plus grande que les Pays-Bas, et ont fait 30 morts.

Une précédente étude, en janvier, avait estimé à un milliard le nombre d'animaux tués dans les zones les plus sinistrées dans les États de Victoria et de Nouvelle-Galles du Sud. L'étude rendue publique mardi est la première qui prenne en compte l'ensemble des zones ayant brûlé en Australie, selon Lily van Eeden, de l'Université de Sydney.

Il est difficile de penser à d'autres événements, ailleurs dans le monde, de mémoire d'homme, qui ait tué ou déplacé autant d'animaux, a déclaré Dermot O'Gorman, directeur général de la branche australienne du Fonds mondial pour la nature (WWF).

C'est une des pires catastrophes de l'histoire moderne pour la faune.

Le sort des koalas avait ému l'opinion, mais une enquête du gouvernement a récemment cité 100 autres plantes et espèces animales endémiques menacées qui ont perdu plus de la moitié de leur habitat dans les flammes.

LES PREMIERES VICTIMES DU CHANGEMENT CLIMATIQUE ET DES CATASTROPHES NATURELLES SONT LES ANIMAUX.

Kangourou 2

Catastrophes naturelles

Koala 2

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE NOUS IMPACTE TOUS.

Les changements climatiques ne se limitent pas à une simple hausse des températures : ils concernent aussi la modification du régime des pluies ou encore la fréquence et l’intensité d’événements extrêmes (vagues de chaleur, inondations, feux de forêt, ouragans, etc.) avec leur cortège d’effets graves sur la nature, sur les humains et sur les animaux. Ces changements sont généralisés, observables du sommet de l’atmosphère jusqu’au fond des océans, et des régions tropicales aux régions polaires. Ils s’intensifient et n’épargnent aucune région du monde.

Stop chasse

"APRES LES INCENDIES, C'EST UN SPECTACLE DE DESOLATION, UNE TERRE HOSTILE POUR LES ANIMAUX QUI ONT PU FUIR MAIS SERONT NOMBREUX A PERIR PAR MANQUE DE NOURRITURE."

On s'inquiète pour les animaux et pour la nature avec les incendies qui se multiplient : "Au-delà des incendies meurtriers, la sécheresse qui sévit depuis des mois, renforcée par la canicule de juillet, Aout ne fait qu’affaiblir la biodiversité dans son ensemble. C’est un désastre écologique. Face à une situation exceptionnelle, il faut prendre des mesures exceptionnelles." Interdire la chasse cette année, il serait criminel d’autoriser les chasseurs à traquer et abattre les survivants de ce drame." Monsieur le Président : "Il vous revient de fixer les règles et de ne pas achever la nature sous les tirs des chasseurs. Vous avez le pouvoir d’agir, c’est donc un devoir de le faire en cette période où la violence est partout. Il est impératif de reporter à 2023 l’ouverture de la chasse, c’est un minimum ! Il serait d'ailleurs important et salvateur pour la faune sauvage d'apporter d'importantes modifications dans les réglementations liées à la chasse en France. Il est grand temps de prioriser le respect et la sensibilité des animaux sauvages en arrêtant  de les harceler et de les terroriser, Signez la pétition  <> Cliquez ici

 

UN VIOLENT INCENDIE S'EST DECLENCHE DANS UNE PORCHERIE AU LIEU-DIT LA SALLE-VILLEON, A MAROUE ( LAMBALLE-ARMOR) 

230 TRUIES ET 1400 PORCELETS ONT PERI

Ce 7 juillet 2022, le feu s’est déclaré, peu avant 18h dans un des bâtiments et s'est propagé au reste de l'élevage. Une quarantaine de pompiers sont intervenus. Un problème électrique serait à l’origine de ce départ de feu dans un élevage de porcs situé à Maroué dans les Côtes d’Armor. Le feu s’est déclaré dans un bâtiment de 800 m2 puis rapidement propagé à l’autre partie de l’élevage. Une quarantaine de pompiers ont été mobilisés pour venir à bout des flammes. L’incendie a été circonscrit en début de soirée mais tous les animaux, 230 truies et 1 400 porcelets ont péri.

Porcherie en feu
 

EN FRANCE, DES CENTAINES DE RIVIERES SONT A SEC..

C’est une véritable catastrophe pour les animaux aquatiques qui se retrouvent piégés et meurent dans de grandes souffrances

Riviere assechee

Dans les rivières, qui dit moins d’eau, dit eau plus chaude. Dans le Gard, pour aider les truites fario ou les écrevisses à pattes blanches, des pêcheurs les déplacent, c’est d’abord l’odeur, écœurante, qui saisit les narines, en s’approchant de la rive, on comprend d’où elle s’échappe, dans des flaques d’eau verte, chaude et stagnante frétillent quelques petits poissons, autour, l’étendue de galets et roches blanches qui faisaient autrefois le lit de la rivière gardoise la Cèze donne au lieu des allures de désert. Quelques mètres en aval, au pied d’une falaise marquant l’entrée des gorges, se trouve la grotte des fées, un lieu de baignade habituellement prisé — et idyllique, là l’eau est désespérément basse. Certes, quelques pluies sont enfin tombées ce 22 juin au soir, pendant quelques heures , et des orages sont annoncés pour la fin de semaine, mais le manque est tel que ces quelques précipitations ne sauveront pas la mise. La zone est connue pour connaître des périodes d’« assec », c’est-à-dire où l’eau ne s’écoule plus. « Ici, la rivière passe sur des roches fissurées, elle perd de l’eau », explique le chargé de mission ressource en eau d’ABCèze, l’organisme en charge de la gestion de tout le bassin autour de la rivière, mais d’habitude, l’assec a lieu en septembre, pas en juin. « la sécheresse arrive tôt, très tôt », confirme-t-il . « la rivière est alimentée par les pluies qui tombent sur les Cévennes et sur le sud du Mont Lozère. » 

Cette année, le ciel est resté désespérément bleu. « depuis septembre, on a eu plus de 30 % de déficit en pluie en moyenne sur le Gard, en mai, il est monté à 88 %, c’est le plus important depuis le début des relevés météo en 1959, et c’est l’un des mois de mai les plus chauds », poursuit-il. Le débit de la Cèze est habituellement maintenu en été grâce au barrage de Sénéchas, en amont de la plaine dans le massif des Cévennes, grâce à des lâchers d’eau, lui aussi ne s’est pas rempli autant qu’habituellement. « au lieu de 500 litres d’eau par seconde, il n’assurera plus que 400, et va s’arrêter à la mi-août au lieu de la mi-septembre », nous indique t-il.

 

N'OUBLIONS PAS TOUTE LA FAUNE MARINE QUI ELLE AUSSI SOUFFRE DE CES EVENEMENTS .

Mai / Aout 2022 D'abord un orque, puis un béluga. En l'espace de trois mois, deux cétacés se sont aventurés dans la Seine, bien loin de leur milieu habituel.

Après un orque en mai dernier, c'est cette fois-ci un béluga qui a été identifié dans la Seine mardi 2 août. Affaibli, "extrêmement amaigri", tous les moyens sont mis en place pour que le mammifère marin ne connaisse pas le même sort que l'orque, qui n'avait pas pu être sauvé. Mais la présence du béluga pose question. C'est en effet la troisième fois en trois mois qu'un cétacé se perd dans le fleuve. Comment un béluga, qui évolue habituellement dans les eaux arctiques du Québec, a pu se retrouver piégé dans la Seine ? Vu aussi une baleine échouée en bord de seine su Havre .

Orque et beluga