hommage à nos animaux disparus

L'histoire de Caline

Hommage titre 

Caline sortie du refuge
Fleur182
Caline apres

L'histoire de Caline

Tu m’as adoptée dans un refuge. Tu avais environ sept mois.

Oui, tu étais jeune mais ô combien traumatisée ! Tu ne marchais bien que sur le carrelage. Tu trébuchais sur les chemins. Tu en a fais une tête quand tu as entendu le vent dans les arbres ! Tu as tendrement léché le museau de la première vache rencontrée. Quand elle t’a rendu le coup de langue j’ai ri, mais toi, tu étais bien étonnée ! La nuit te faisait peur. Tu mangeais presque à reculons. Tu léchais la route mouillée. Pourtant tu avais de l’eau à volonté. Tu étais très gentille avec les animaux. Mais toute main tendue vers toi te faisait si peur (sauf la mienne) que tu étais prête à mordre. Dès que je tenais le balai, un stylo, une feuille tu tremblais dans un coin. Tout pied en mouvement était source de panique. Il t’a fallu des années pour comprendre que les sportifs ne te voulaient pas de mal et pour que tu les laisses courir et pédaler en paix. Tu avais les yeux bridés par l’angoisse et des rides sur le front, bien visibles sur les photos. Quel martyr avais-tu donc vécu ?

Tu m’as montré par tes réactions à quoi ressemblait ton bourreau. : cheveux grisonnants, trapu, casquette et blouson de cuir (dont tu as toujours très peur sept ans et demi après ton adoption.)

Très vite tu as découvert la joie de jouer. Je t’ai entendu crier en attrapant un ballon. Tu as les hanches luxées. Mais les balades, le jeu t’ont musclée et t’ont offert de belles années de course sans douleur. Aujourd’hui tu as parfois mal avec l’âge. Allez je suis comme toi. Nous marcherons ensemble puisque médecin et vétérinaire nous recommandent de ne pas arrêter nos randonnées, pour le plus grand plaisir de la joyeuse Maëla, ta compagne.

Un soir, trois mois après ton arrivée, tu m’as regardée avec des yeux tout ronds qui me disaient « Je suis ta chienne, ça y est ! » Les plis sur le front avaient disparu et tes yeux étaient grands ouverts. Je t’ai attrapée par le cou, émue et je t’ai offert un gros câlin.

Je t’ai emmenée dans un club d’éducation pour t’aider. Tu as repris confiance, accepté de te faire caresser. Tu as franchi les niveaux de l’obéissance avec plaisir. Les éducateurs  ont su t’apprivoiser avec une grande douceur et de bons conseils pour moi. Tu retrouves un groupe de randonneurs avec chiens avec une joie qui fait plaisir à voir. Quel courage il t’a fallu pour renaître à la vie même si tout n’est pas oublié ! Tu as osé me faire confiance. Tu es si présente quand il le faut, comme il le faut. Dis-moi,  où les chiens apprennent-ils à regarder les humains avec  tant d’amour ? Aujourd’hui, tu portes ton nom à merveille et si mon cœur se serre en voyant tes hanches et les premiers poils blancs, tu mérites bien d’entendre : « Ballon » aussi longtemps qu’il te rendra pétillante de bonheur.

POUR CALINE                                                                         HOMMAGE

De ton enfer au refuge, il y a eu ton sauvetage. Du refuge à chez moi, il y a eu notre rencontre. De toi à moi, il y a eu notre bonheur. Tant de peurs apprivoisées, le goût de la vie retrouvé, tant d’amour, de fidélité ont créé un lien si fort. Ton histoire a obtenu un prix dans la revue de 30 Millions d’amis. La veille de ce maudit 1er février 07 tu jouais avec ton ballon et chahutais avec Maëla. Alors pourquoi es-tu partie si vite, trois hurlements et puis plus rien, oui tu avais douze ans mais tu étais encore si belle et si joueuse. Tu ne me quittais pas d’un pas, je marche au bord du vide maintenant. Maëla t’a regardée partir. Elle sent la moindre de tes traces, me regarde, tremble et nous pleurons à deux

Quand je lui lance sa balle, je te revois avec ton ballon et j’ai bien l’impression d’être en enfer. 

ML

Vous avez une belle histoire vécue avec votre animal à nous raconter envoyez nous celle ci avec deux photos à l'adresse mail mbhommage@orange.fr  ou sur notre page facebook  Celle-ci paraitra dans la page  les belles  histoires...